La diversification ou mon casse tête du moment

La diversification ou mon casse tête du moment

« Maintenant on va le diversifier » : feu vert du pédiatre lors du rendez-vous des 4 mois. Je n’étais pas contre, mon bébé louchait sur nos plats depuis quelques temps déjà. J’étais même un peu excitée à l’idée de lui faire goûter des trucs. Mais comme il avait souvent la crève à cette période, nous n’avons commencé que vers ses 5 mois. Read more

Son pédiatre, ange ou démon?

Son pédiatre, ange ou démon?

Bouhh je m’étais habituée à ce petit répit et pensais qu’avec le printemps, on était tranquille. Raté! Depuis hier la fièvre refait son apparition chez mon petit crottin. Et pas une petite fièvre de chochotte, non non, une bonne grosse fièvre à 39/40 degrés. Elle est même montée à 40.5, pour la première fois.

J’ai quand même du aller travailler et donc le déposer à la crèche pleine de culpabilité. Je garde les yeux rivés sur mon téléphone au cas où elle m’appelle. Et j’ai bien sûr pris rendez-vous chez le pédiatre. Ce soir, 20h. Youhouuu à l’heure du combo calin – dernier bib – dodo. Read more

Le tire-lait au boulot, petits moments de solitude.

Le tire-lait au boulot, petits moments de solitude.

Depuis que j’ai repris le boulot, en décembre, je m’arrange pour tirer mon lait une fois en milieu de journée, idéalement vers midi, sinon quand je peux entre 11 et 14h. Juste pour situer vite fait, mon boulot est de recevoir quotidiennement des personnes, et il faut donc que j’arrive à trouver 15 mins entre deux rendez-vous.

Côté matériel, j’utilise une petite lunch box isotherme et son petit pain de glace, le tire lait manuel Harmony de Medela et donc un flacon Medela et son bouchon. Je rajoute un sac congélation au cas où il y ait une fuite. Read more

Sa crèche!

Sa crèche!

Fin octobre j’ai appris que j’avais la chance d’accéder au Graal parisien : mon bébé avait une place en crèche!

Ah la prise de tête du mode de garde à Paris…  Je préférais l’accueil collectif pour plusieurs raisons : déjà l‘idée de confier mon bébé à une seule personne, que je connaitrais assez peu, me rendait anxieuse. Je me disais qu’en collectivité, plusieurs personnes s’occuperaient de lui et qu’en cas d’une personne pas top ou mal lunée, le relais pouvait être pris par d’autres. Les risques me semblaient moindres, l’encadrement meilleur, les locaux plus adaptés, ce choix me rassurait. Attention, je sais qu’il y a des assistantes maternelles vraiment supers hein. Mais il faut le temps de les trouver sans se planter, et puis qu’elles soient dispo. Et j’avais peur de devoir choisir dans l’urgence quelqu’un un peu « par défaut », tellement le secteur est saturé à Paris. Et puis la crèche me paraissait tellement plus simple : pas de recrutement, de contrat et de fiches de paye à faire, pas de salaire à calculer et pas de congés à gérer. Mais je me faisais quand même peu d’illusions étant donné le peu de places disponibles, et on m’avait bien fait comprendre en mairie qu’il ne fallait pas trop compter dessus. Read more